ANNIE BOUQUET

ANNIE BOUQUET

Annie Bouquet est employée comme peintre dessinatrice par la société “Friedberger – Broderies Russes” sis rue la Boétie à Paris dans le 8ème arrondissement.

Quelques mois plus tard cette société centenaire et “LA” référence dans ce secteur d’activité par la qualité de ses productions peintes à la main, est rachetée par “la société Rividi ” importateur de canevas tramés, et la société Roger Blondel & Compagnie  (“RBC “) qui elle aussi avait été créée au XIXème siècle et qui, elle, imprime des canevas en sérigraphie et aux pochoirs.

Par cette opération est créée la “Société Anonyme Ouvrages La Boëtie” .
Au sein de cette nouvelle entité et tout en continuant la tradition du “bel ouvrage” de la société Friedberger, Annie Bouquet a l’occasion de collaborer à de nouvelles créations et surtout de prendre pleinement pied dans cet art décoratif dans lequel elle se spécialise désormais.

ANNIE BOUQUET

La société “La Boëtie” bien qu’indépendante travaille en étroite collaboration avec la société “RBC” au sein de laquelle Annie Bouquet rencontrera son futur associé dans “Tapisserie de France” et qui était alors chef d’atelier de la société “RBC”, et par le fait de ce rachat, avait également en charge les ateliers de la société “La Boëtie”.

C’est grâce à ces collaborations croisées et aux relations étroites qu’elle entretien avec Monsieur d’Austruy qu’Annie Bouquet pourra connaître, entre autres, Mlle. Mozet gérante des “Ateliers Mozet” , qui à cette époque, sous traite l’impression de ses canevas chez “RBC” et qui plus tard lors de sa fermeture, fera à “Tapisserie de France” une proposition de rachat de son stock et de ses dessins;

Les fournisseurs comme les sociétés Saint Epin  (le plus beau canevas jusqu’à leur fermeture dans le début des années 1970) et la société allemande “Zweigart” le plus gros fournisseur mais aussi le plus renommé de cette profession. Annie Bouquet avait à peine 20 ans lorsqu’elle décide avec Monsieur d’Austruy de créer une entreprise indépendante.

TAPISSERIE DE FRANCE

Il fût décidé qu’Annie Bouquet  garderait son statut de Peintre Cartonnière    et prendrait dans “Tapisserie de France” le titre et la fonction de directrice artistique alors que son associé, lui, se chargerait de la gestion et la commercialisation auprès des boutiques en France et à l’étranger.

TAPISSERIE DE FRANCE

C’est un énorme défi: il faut en un temps record constituer une collection, trouver et financer les locaux, acquérir une reconnaissance de la profession, et surtout, bien sûr, assurer la rentabilité de ce projet.

Grâce à la qualité de leur travail Annie Bouquet et “Tapisserie de France” n’auront pas de peine à s’imposer comme les dignes descendants de la tradition “Friedberger Broderies Russes” et conserver presque à eux seuls cette tradition du beau, du chic et de l’authentique  “Peint Main”.

Les plus grandes maisons de détails spécialisées dans cet art feront appel à leurs services. Citons pour mémoire certaines anciennes clientes de la société Friedberger comme “Jeux d’Aiguilles” rue du Faubourg Saint Honoré, “Aux Gobelins ” également rue du Faubourg Saint Honoré.

error: Content is protected !!
Retour en haut